spiruline

Café Feampa #3 : à la rencontre du Plancton !

Jeudi 07 juin dernier, le GALPA Pays d’Auray-Pays de Vannes a organisé son 3ème Café Feampa. Hélène Cochet accueillait une vingtaine de personnes sur sa ferme aquacole à Locoal Mendon pour faire découvrir son activité de production de spiruline. Une présentation à deux voix avec Pierre Mollo, spécialiste du plancton, qui nous a fait plonger dans l’univers microscopique des océans…

Savez-vous pourquoi la spiruline porte ce nom ? tout simplement car elle a la forme d’une spirale ! Les participants au café Feampa de jeudi dernier ont eu la chance d’observer cette cyanobactérie au microscope, tout juste sortie de l’eau des bassins de la ferme aquacole Algo Ria. Hélène Cochet en est la fondatrice.

La spiruline, une des trois "microalgues" comestibles

Spécialisée en biologie et culture marine, Hélène s’est lancée dans l’aventure de la spiruline il y a un an. Sa production démarre en avril et se termine en octobre. Cette cyanobactérie se récolte tous les trois jours. Après récolte, l’eau chargée en spiruline subit 3 étapes de transformation : la filtration, le pressage et le séchage pour aboutir successivement à de la pâte à modeler puis à des vermicelles qui croustillent sous la dent, forme finale de commercialisation. Hélène a pris le parti de vendre sa production plutôt sous la forme d’un condiment pour agrémenter des salades ou plats chauds, plutôt qu’en compléments alimentaires. Le gout de la spiruline, légèrement iodée et salée est ainsi mieux valorisé. Ici les bassins contiennent de l’eau douce mélangée à de l’eau de mer, ce qui n’est pas toujours le cas (à défaut d’eau de mer, les spiruliniers peuvent ajouter du sel).

Pourquoi la spiruline ? car Hélène est passionnée par les cultures marines et les microalgues ! La spiruline est intéressante pour deux raisons. Dans un premier temps, parmi les trois microalgues comestibles, c’est celle qui est la plus facile à cultiver (les deux autres sont : odontella et chlorella). C’est aussi et avant tout une source de nutriments incroyable : elle contient en grande quantité protéines, fer et autres oligo-éléments. En apport protéique par exemple, en consommer 5g revient à manger 25g de viande !

Une microalgue qui fait partie de la grande famille du plancton

La spiruline est un trésor de la nature, présent dans les lacs alcalins des zones intertropicales, telles qu’au Tchad ou au Mexique, nous raconte Pierre Mollo, biologiste, enseignant-chercheur et retraité actif, spécialisé dans l’étude du plancton.  Au Tchad, on l’appelle le Dihé, elle est consommée depuis la nuit des temps par le peuple Kanembou dont la longévité défit toute statistique locale. La microalgue est en effet considéré comme un superaliment permettant de lutter contre la malnutrition.
Voir le film réalisé par Pierre Mollo sur la spiruline au Tchad : https://youtube.com/watch?v=rXveHmcboBs

Pierre nous raconte aussi comment il est venu à prendre son bâton de pèlerin pour parler du plancton dans les écoles, avec les professionnels ou le grand public. C’est au contact des professionnels de la mer, et notamment des ostréiculteurs et pêcheurs de la ria d’Etel, qu’il a commencé à s’intéresser à ces microorganismes marins, apparus il y a 3 milliards d’années. Sa passion ne l’a plus jamais quittée, engrangeant connaissances et anecdotes sur le sujet au fil des années.

Savez-vous pourquoi il y a eu temps de conserveries de sardines à s’implanter dans la Région par exemple ? La réponse est dans le plancton bien sûr ! On distingue deux familles : le phytoplancton, ou plancton végétal, et le zooplancton, ou plancton animal. Les eaux du Mor Braz étaient extrêmement riches des deux dans les années 50, notamment ceux dont les sardines se nourrissent exclusivement : les copépodes, petits crustacés d’une centaine de microns se nourrissant eux-mêmes de phytoplanctons. A la fin des années 60, un effondrement de la population de sardines est constaté, corrélé à un déséquilibre de la population phytoplanctonique (lié à l’activité humaine). Depuis les sardines ne sont jamais revenues comme à la grande époque.
Pour en savoir plus, lire son texte « Pourquoi les sardines raffolent des châtaignes ? » sur https://peche-dev.org/spip.php?article308Toutes ces anecdotes, Pierre les transmet bien volontiers et a créé en 2004 l’Observatoire du Plancton avec un groupe d’amis néophytes convertis rapidement à la cause. Aujourd’hui basée à Port-Louis, l’association touche à peu près 6000 personnes par an.  https://www.observatoire-plancton.fr/

En conclusion, le plancton est en effet à l’origine de la vie, il nous permet de respirer, puisqu’il produit plus de 50% de l’oxygène présent sur Terre (c’est le 2ème « poumon » de la planète) et il se mange, comme le démontre Hélène Cochet avec sa production de spiruline sous forme de paillettes et Pierre Mollo avec un film sur la cuisine du Plancton : https://vimeo.com/57259004/788a1ff048

Focus sur une autre initiative du territoire : l’association Nevezus qui a pour vocation de reconnecter les locaux à leur territoire, la nature, la mer … du Golfe du Morbihan à Etel. Elle propose des sorties tout public encadrées par des guides ou animateurs. En savoir plus sur les sorties 2023