Eau, Environnement

Conférence Eau, climat et biodiversité

Cette conférence se situe dans la continuité des travaux menés par la Commission Energie-climat du Conseil de développement du Pays d’Auray et d’Auray Quiberon Terre Atlantique. Le 15 novembre 2017 à 18 h à Ty Hanok à Auray.

Agrandir l'image, .JPG 469Ko (fenêtre modale)Agrandir l'image, .JPG 469Ko (fenêtre modale)

Aujourd’hui, tout le monde s’accorde à dire que le changement climatique devrait se traduire par une :

  • Augmentation de la température atmosphérique,
  • Modification physico-chimiques des eaux marines,
  • Élévation du niveau de la mer,
  • Modification du régime des précipitations (moindre disponibilité en eau),
  • Augmentation de la fréquence des évènements climatiques extrêmes (tempêtes, inondations, canicules…) avec ce que cela peut engendrer comme des incendies,
  • Évolution de la direction des vents dominants.

Pour faire face, les territoires s’attachent dès maintenant à construire des réponses.  Au travers de documents cadres tels que les Plans climat Air Énergie ou le SDAGE, ou via des conférences types COP 21. Et cela est d’autant plus impératif dans la mesure où les problèmes liés à la gestion de l’eau potable et usée, de l’énergie, des déchets vont se poser avec plus d’acuité. Il en est de même pour tout ce qui touche à la biodiversité au regard des impacts attendus sur les espèces animales et végétales. Mais lorsque l’on aborde cette question de changement climatique, il est plus aisé de parler d’énergie, de proposer des solutions pour en consommer moins et pour en produire.  Mais l’eau est un bien essentiel à la vie, il est un facteur clé du développement humain ; or le changement climatique ne semble pas inquiéter outre mesure la population, en effet l’eau coule toujours au robinet quoiqu’il arrive.

Quant au littoral (232 km de côtes au Pays d’Auray) il n’est vu qu’au travers du prisme touristique et qualité des eaux de baignade, mais se préoccupe t’on réellement de la mer ?

Enfin  la biodiversité : zones humides, zones naturelles, bois classés, espèces protégées, tout ceci est vital. Les questions environnementales, énergétiques et climatiques relèvent de la responsabilité de la Région, des acteurs institutionnels et associatifs. Le législateur a aussi confié aux EPCI de nouvelles compétences en la matière, par exemple la prise en compte de la Gestion des Milieux Aquatiques et la Prévention des Inondations (GEMAPI).

Questions abordées lors de la table ronde

A la Région comment aborde-t-on le changement climatique ? Peut-on dire que la Bretagne est en transition ou pas ?
L ‘eau est un patrimoine qu’il faut protéger, mais pour la consommer il faut avant tout en avoir, en produire et la transporter. Eau du Morbihan est l’acteur majeur du département pour la production et la fourniture d’eau potable. En quelques mots cela consiste à quoi globalement et plus précisément pour le Pays d’Auray. Et le changement climatique, comment est-ce abordé ?   
L’eau il faut donc la distribuer et la traiter. La compétence distribution d’eau potable et traitements des eaux usées est exercée par la communauté de communes AQTA pour les 24 communes qui la composent. L’eau est chère et il nous faut l’économiser ; quelle action d’AQTA ? Et demain avec la GEMAPI, que va t’il se passer ?
Un ensemble de Directives européennes transposées dans le droit français impose un certains nombre de mesures pour assurer le bon état écologique des milieux aquatique et, des ressources en eaux, et la qualité des eaux de baignades. La Ria d’Etel est le réceptacle des eaux terrestres et des déchets des activités humaines continentales, un espace d’activités économiques notamment conchylicoles et un lieu de loisirs avec la plaisance. Comment concilier le tout et arriver à atteindre les objectifs de la loi sans compromettre le développement économique?
La COP 21 a été un temps fort de la lutte contre les changements climatiques à venir. Les associations environnementales ont pris toute leur place dans le débat d’alors. Que faut-il faire pour que les mesures d’adaptation et d’atténuation soient les plus partagées possibles donc acceptées par les populations afin d’éviter les impasses types Sivens, NDDL ou Ecotaxe ?
L’eau est la préoccupation majeure de l’association Eau et Rivières ; sa préservation, son usage passent par quoi selon vous ? En quoi la société civile constitue un point d’appui pour la mise en œuvre concrète de mesures d’adaptation et d’atténuation contre le changement climatique ?

Temps d’échanges avec la salle : 30 minutes